Ils témoignent...

>> Retour sur la page de présentation du Master Économie de la culture et numérique


MASTER ECN - PROMOTION JEAN ROCHEFORT (2017-2018)

 

La singularité du master ECN tient en ce qu'il est le seul à appréhender l’économie de la culture dans son écosystème numérique. J’ai particulièrement apprécié la bienveillance et le suivi des étudiants par l'équipe pédagogique. La taille de la promotion et la diversité des parcours des élèves rencontrés entraînent une excellente dynamique de travail et constituent des atouts considérables. La valeur ajoutée réside dans son caractère pluridisciplinaire, de parl a multiplicité des enseignements abordés durant l’année universitaire. Les rencontres hebdomadaires organisées auprès des professionnels, les visites extérieures ainsi que les projets menés en parallèle (Entrepreneurial, Unifrance) renforcent indéniablement l’intérêt de la formation. Cela me permet aujourd’hui de justifier d’une solide connaissance de l’univers dans lequel s’inscrit l’économie de la culture en France et à l’international. En cela, l’objectif de professionnalisation des étudiants poursuivi par le master sont indéniablement atteints.Cela m’a aidé à obtenir des entretiens et de me distinguer des candidats issus de formations concurrentes. C'est un privilège et une formidable opportunité de pouvoir étudier dans ces conditions.

Steven Tallec

 

Une approche approfondie des secteurs culturels à l’heure de la transition numérique nous est apportée par le Master ECN. Organisé en trois versants complémentaires, il nous permet d’acquérir des notions fondamentales, des compétences pratiques, ainsi qu’une connaissance privilégiée du secteur grâce aux rencontres avec les professionnels. Le projet entrepreneurial constitue à mon sens l’un des points fort de la formation : on développe un savoir-faire qualifiant dans le secteur culturel de notre choix.

Victoria Vaz

 

Le master m’a offert un enseignement de qualité, qualité qui a pu se vérifier lors des rencontres avec les professionnels chaque semaine. Les sujets abordés en cours durant le semestre, qui étaient parfois des découvertes, sont devenus des sujets maîtrisés, à tel point que nous avons pu mener des échanges de plus en plus profonds et qualitatifs avec ces professionnels. Cette vraie compréhension des mécanismes du secteur de la culture m’a donné les armes pour investir le monde professionnel avec de réelles capacités, une réelle valeur ajoutée, et une légitimité à être force de proposition pour participer à l'accompagnement des industries culturelles dans leur évolution numérique.

Pierrick Chopin

 

Je suis arrivée dans ce master avec la ferme ambition de m’orienter vers le domaine de l’art contemporain. En même temps, j’étais curieuse d’en apprendre plus sur l’économie numérique et les autres domaines culturels inexplorés jusqu’ici. L’année au sein du master a été riche. Les enseignements s’accordent et se complètent avec les rencontres professionnelles qui ont révélées une autre passion, le cinéma. Je ne me suis jamais projetée professionnellement dans l’audiovisuel bien que j’en consomme quotidiennement. Les rencontres avec des producteurs, des créateurs de plateformes SVOD, les conférences sur la chronologie des médias etc. m’ont passionnées. Je termine ce master avec le sentiment d’avoir évolué dans mes projets et d’avoir des bases solides pour commencer mon stage chez Memento International. Je remercie l’équipe pédagogique du master qui a toujours été à notre écoute et ouverte à l’échange. Enfin, je n’ai jamais travaillé et construit de projets avec un groupe d’élèves aussi investis et passionnants. Tout le monde apporte la richesse de ses parcours passés. Je me suis donc pleinement épanouie aux côtés de mes « collègues ». Le voyage à Strasbourg en début d’année a largement contribué à cette cohésion tout au long du semestre.Je pense que vous aurez de plus en plus de candidatures pour ce master car je crois que nous l’avons tous vanté auprès de nos collègues en quête d’un Master 2 préparant aux enjeux contemporains de la culture et du numérique.

Gaëlle Palluel

 

Dans le cadre du M2 ECN, j’ai apprécié les « matinales » organisées. Ces rencontres ont été l’occasion de déconstruire des idées ou aprioris que l’on peut avoir concernant certains secteurs. Le rythme de travail a également constitué pour moi un élément important du master. L’alternance entre matinales, cours théoriques et visites d’entreprises a rendu le master plus vivant.

Annabelle Le


L’enseignement délivré par le master 2 ECN est conduit, à travers une approche par la transmission. Cela se concrétise via des rencontres professionnelles vraiment enrichissantes qui permettent d’appréhender la réalité du terrain et les enjeux du secteur, auquel on se destine. De plus, ceci est renforcé par le projet entrepreneurial. La formation m’a rendu plus aventureuse que je ne l’étais, et m’a permis en même temps de développer un sens critique, utile pour pousser les bonnes portes. Finalement, il apporte de réels outils pour s’insérer plus facilement dans le monde du travail.

Elizabeth Edé


J’ai énormément apprécié cette formation, dans la forme comme dans le fond. Les modules étant relativement courts, on est constamment stimulé par des nouveautés et on aborde très vite les enjeux intéressants. Chaque secteur culturel est étudié de manière très concrète et au regard des implications du numérique. Ce côté concret est facilité par les intervenants, qui sont souvent professionnels, ce qui m’a personnellement beaucoup plu. De même, j’ai trouvé que les Matinales aidaient énormément à se projeter dans le monde du travail, et permettaient de rencontrer des personnalités du domaine de la culture. Bref, le master est stimulant et riche de la qualité de ses intervenants. Enfin, la promotion étant de taille réduite, l’émulation et la bonne ambiance sont au rendez-vous.

Irénée Benoit


Au cours de ma scolarité à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, j’ai réellement pris goût à l’économie collaborative et au fonctionnement des « Multi-Sided Market ». Aussi, j’ai toujours été attiré par le secteur culturel et notamment l’organisation événementielle. En effet, j’ai organisé de nombreuses manifestations culturelles au cours des quatre dernières années. C’est pourquoi mon objectif, en intégrant le M2 Économie de la Culture et Numérique, était d’allier mon parcours scolaire très théorique à cette passion pour l’organisation d’événements culturels. La large palette de cours que dispense cette formation m’a très rapidement fait comprendre que les rouages économiques des industries culturelles à l’ère du numérique étaient fortement similaires à ceux des marchés dits « Multi-Sided ». Aussi, je suis satisfait de mon choix car les enseignements du premier semestre sont pour la plupart très professionnalisants. Plus qu’une vision globale, les cours dispensés nous dévoilent les caractéristiques de métiers très concrets du secteur culturel. C’est dans ce sens que le projet entrepreneurial en groupe m’a éclairé sur l’importance capitale qu’ont les systèmes de billetterie, de CRM et de Yield Management dans la fidélisation et la prospection des publics. Or, dans le contexte culturel actuel, cette sensibilisation au rôle du traitement et de l’analyse des données dans le financement des activités culturelles est primordiale. Pour finir – et je pense que nous sommes tous unanimes – les rencontres professionnelles organisées tout au long de l’année auront une importance très forte dans nos trajectoires professionnelles respectives.

Mehdi Marguillier