LES MATINALES AVEC ALAIN ROCCA

Président d’Universciné et trésorier de l’Académie des Césarsalain-rocca

18 janvier 2017, 9h30
Lieu : EMNS - 20 rue Berbier du Mets 75013 Paris

Après avoir été ingénieur hydraulicien en Côte-d’Ivoire, Alain Rocca s’est intéressé au cinéma en devenant stagiaire pour Christian Fechner, alors producteur, réalisateur et scénariste français. Ayant occupé différents postes dans l’industrie du cinéma, il se lance en 1985 dans l’activité entrepreneuriale en créant sa propre entreprise de production cinématographique : la société Lazennec. Si l’entreprise se concentre d’abord sur les courts métrages, elle va rapidement participer à l’essor du cinéma français de la fin des années 1980 avec la production de films tels que Un monde sans pitié (1989) d’Eric Rochant ou encore La Discrète (1990) de Christian Vincent qui rencontreront d’importants succès en salle.

Dès le début des années 2000, il s’intéresse à la distribution des films sur internet en créant une société de veille sur ce sujet. Puis en 2007, LMC/Universciné se transforme en véritable plateforme de vidéo à la demande sur un secteur de niche de cinéma indépendant. Toujours dans cette volonté de diffuser le cinéma de niche, Alain Rocca participe au lancement de LaCinetek, première plateforme de VOD (Video On Demand) dédiée au cinéma de patrimoine.

Toujours soucieux de faire avancer les débats et réflexions sur le cinéma en France, Alain Rocca participe à la rédaction de différents rapports concernant cette industrie, s’engage pour la refonte du département production de la Femis, et à la réorganisation de l’Académie des Césars, dont il est le trésorier et administrateur délégué.

Après nous avoir raconté son parcours, Alain Rocca a répondu à nos questions. Durant nos échanges, il nous a rappelé l’importance du contexte institutionnel dans la production cinématographique, des politiques menées dans les années 80 ayant notamment permis de flécher les financements et facilitant ainsi l’entreprenariat culturel. Il a également mentionné le changement de paradigme dans les déterminants de la réussite du secteur, dans les années 1980 grâce aux talents, depuis les années 2000 grâce aux entrepreneurs. 

Il a souligné à quel point l’arrivée du numérique a changé la problématique des politiques culturelles, qui avaient auparavant pour mission de rendre la culture accessible, mission rendue caduque par la démocratisation d’internet. Un autre changement souligné est le rôle de moins en moins prescripteur des chaînes linéaires. Enfin, certains étudiants se questionnant quant aux opportunités d’embauche et de carrière dans le secteur de l’audiovisuel, Alain Rocca a insisté sur le besoin de se diriger vers les secteurs non saturés des industries culturelles.

Crédits photo : Premiere.fr