Les Matinales avec Gilles Freissinier

gilles-freissinier-emns

Directeur du développement numérique chez Arte France

24 octobre 2018, 9h30
Lieu : École des Médias et du Numérique de la Sorbonne

Directeur du développement numérique chez Arte France, Gilles Freissinier estime que le numérique constitue une opportunité pour le groupe audiovisuel de diffuser et mettre en œuvre sa ligne éditoriale, ainsi que de sa vocation à être un média européen. Il est venu présenter son métier et échanger au sujet des enjeux du numérique avec les étudiants des masters D2A et ECN, mercredi 24 octobre 2018.

Ancien élève du master D2A, Gilles Freissinier a commencé sa carrière dans le monde de l’audiovisuel chez Canal+ où il faisait notamment des études d’audience.

C’est en 2013 qu’il passe du privé au public en prenant la tête du Service du développement numérique chez Arte France. Constatant que le numérique prenait de plus en plus de place dans son quotidien et dans celui du public, il s’est rapidement intéressé à la question des modes de consommation des contenus individuels. Il a donc participé à la création du service des “nouveaux contenus” de la chaîne ainsi qu’à son adaptation aux usages numériques.

Avec une part d’audience de 2,2%, Arte est une chaîne dont la vocation fédératrice, est de refléter la culture européenne. Elle s’attache donc à produire des contenus originaux français, allemands et européens, en mettant l’accent sur la création.

Issue d’une association franco-allemande, la chaîne est diffusée dans les deux pays et ses contenus sont systématiquement traduits dans les deux langues. Dans le reste de l’Europe, la diffusion à la télévision est plus complexe car les réseaux hertziens sont coûteux et lourds. Internet permet à Arte de diffuser ses programmes à plus grande échelle et de concrétiser sa vocation européenne.

Pour rendre accessibles les programmes d’Arte et leur permettre de rencontrer le public le plus large possible, la stratégie mise en œuvre par le service numérique consiste notamment à concevoir les contenus en fonction de leur support. Sur Facebook, Arte propose par exemple des vidéos à mi-chemin entre la bande-annonce et le programme spécifique : mise en avant des informations clefs, utilisation de motion design, choix du format vertical pour s’adapter à la navigation sur téléphone.

Adaptation des contenus, mais aussi création de programmes propres aux réseaux sociaux. On notera par exemple le web-magazine « Tous les Internets » qui avait été pensé à l’origine sous forme d’interviews Skype d’activistes présents à différents endroits de la planète.

Les nouveaux formats sont pensés pour renforcer le lien avec le public. Les “live” donnent la parole aux spectateurs. Récemment, Arte a réalisé une visite en live de l’exposition Miró en avant-première de l’ouverture au grand public. Les spectateurs pouvaient interagir et poser des questions au professionnel qui effectuait la visite par l’intermédiaire du journaliste d’Arte.

L’innovation est au cœur de la stratégie de la chaine qui participe à la création de différents projets collaboratifs, comme par exemple « je ne t’aime pas » - courts-métrages de 15 minutes dans lesquels le téléphone de l’actrice est utilisé comme outil pour raconter son histoire, ou encore « Dawaland » - courts dessins-animés dans lequel l'histoire est racontée à partir de dessins colorés sur une feuille de papier. Le téléphone devient véritablement un outil de diffusion et de narration.

Arte possède également une chaîne de radio sur laquelle elle diffuse ses podcasts. Arte radio existe depuis 2002, et propose des créations documentaires comme par exemple la série-documentaire « Les braqueurs », regroupant des interviews d'anciens braqueurs repentis.

Lors de cette rencontre, un dernier aspect a été évoqué, celui de l'expérience immersive. Le jeu vidéo a rapidement intéressé Arte car il constitue une forme à part entière de création interactive dans le domaine du numérique. Le jeu est une œuvre qui permet au spectateur de s’exprimer en jouant mais est aussi un média qui peut transmettre des idées. « Enterre-moi mon amour » est une fiction interactive pour smartphone, elle a gagné plusieurs fois des prix destinés à des jeux vidéo.

 

Les étudiants du master ECN  et du Master D2A remercient chaleureusement Gilles Freissinier pour son intervention et le temps qu’il nous a consacré lors de cette rencontre.
Flora Haas & Jeanne D'Arexy