Les Matinales avec Mathieu Maire Du Poset

Ancien directeur général adjoint d'Ulule - Fondateur du Tank Media

27 septembre 2017 à 9h30
Lieu : École des Médias et du Numérique de la Sorbonne

Mathieu Maire du Poset, l’ancien directeur général adjoint d’Ulule, est aujourd’hui en passe de fonder une nouvelle structure : le Tank Media. Ce tank, qui pourrait être traduit par « réservoir », exprime clairement la vocation de cette future entreprise : rassembler une communauté d’entrepreneurs autour d’un objectif partagé, réinventer les médias. Cette notion de communauté a traversé la carrière de Mathieu du Poset et en a même tracé le fil rouge.

En 2000, il fait ses débuts chez Infonie, et contribue à l’élaboration d’un portail numérique, animant la communauté autour de médias, jeux et émissions, ce qui crée ainsi une esquisse de réseau social. Puis en 2005, aux côtés de Jack Lang, il a rassemblé et fédéré, par l’outil numérique et web, des internautes autour de la campagne « Inventons demain ». Par la suite, il a réitéré l’expérience du numérique en politique lors de la campagne de Ségolène Royal, « Désir d’avenir ». Journaliste de formation, il a continué sa carrière chez Marianne en portant la transformation numérique du magazine puis en prenant en charge la rédaction en chef aux côtés de Philippe Cohen.

En 2012, son entrée chez Ulule vient encore souligner son intérêt pour les communautés web et l’économie collaborative. Dans cette entreprise, dont la mission est de proposer une plateforme de crowdfunding (financement participatif), il s’est attelé, entre autres, à l’accompagnement des porteurs de projets afin de leur donner les clefs d’une levée de fonds réussie.
Aujourd’hui, après avoir quitté Ulule, sa volonté d’aider les porteurs de projet est restée intacte. En effet, avec le Tank Media, il proposera bientôt un accompagnement aux jeunes entrepreneurs des médias. Le terme accompagnement n’est d’ailleurs pas entièrement exact, car Mathieu Maire du Poset a pensé sa future structure davantage comme un écosystème fonctionnant sur l’échange et la collaboration. L’incubateur qu’il souhaite mettre en place aura pour objectif d’encourager le partage de connaissances, d’idées et de compétences ainsi que la mise en commun de moyens techniques de production. La communauté est, ici encore, au coeur du projet. La création d’un lieu physique n’est d’ailleurs pas anodine puisqu’il souhaite, avant tout, faire de l’incubateur un lieu de rencontres et d’échanges.

mmdp-tank-media-ulule copie

La co-construction et la mutualisation des compétences est au centre du modèle d’affaire de son projet. Selon lui, les médias doivent se réinventer en surpassant les modèles économiques des médias traditionnels. Il voit en l’hybridation des Business models une force et sûrement le principal enjeu économique actuel des industries culturelles. À l’instar du crowdsourcing, qui s’appuie sur les compétences d’une multitude d’individus, il est nécessaire de diversifier un maximum les sources de revenus : crowdfunding, don, abonnement, achat à l’acte, publicité, évènementiel, subventions, etc.

Les géants des industries culturelles confirment la pertinence de son point de vue. Amazon, leader actuel du e-commerce, en est une parfaite illustration. Effectivement, l’entreprise se diversifie et hybride son Business model en se positionnant sur plusieurs marchés (livre, audiovisuel, musique) et surtout, en diversifiant son modèle d’affaires : l’abonnement avec

Amazon Prime (donne accès à un catalogue de SVOD et à un service de livraison sur la plateforme en ligne), l’achat à l’acte, le marché physique (ouvertures de nouvelles boutiques aux Etats-Unis), mais aussi l’économie participative (avec son système de vote des internautes concernant la mise en production des séries originales Amazon), la data, le hardware (avec son Kindle), etc.

Les médias traditionnels se retrouvent naturellement confrontés aux mutations du numérique qui fragilisent leur modèle d’affaires. Ils doivent innover sous peine de disparaître, comme ce fût le cas, par exemple, de France Télévisions qui a notamment été contrainte de créer sa plateforme de SVOD (en ligne cet automne). Le numérique impose donc aux acteurs économiques de développer des compétences qui n’étaient traditionnellement pas dans leur coeur de métier.

Cependant, le numérique semble être l’opportunité pour les nouveaux acteurs, plus modestes, de percer le marché. En effet, Mathieu Maire du Poset constate l’émergence d’un grand nombre d’entrepreneurs qui réinventent le monde des médias en s’appuyant sur des communautés de niches et en proposant des modèles d’affaires très diversifiés. Le Tank Media se veut donc être le lieu de co-construction réunissant cette multitude d’acteurs innovants.

Maintenir sa domination, survivre ou entrer sur le marché : l’hybridation semble être la réponse à tous les maux. Face au déclin des financements publics, la multiplicité des sources de revenus, l’échange, la collaboration et la diversification deviennent des impératifs pour le secteur des industries culturelles.

L’ensemble de la promotion du Master 2 Économie de la culture et Numérique
tient à remercier Mathieu Maire du Poset pour son temps et sa gentillesse.

Par Pierrick Chopin & Mehdi Marguillier