Passengers (Iran)

Conseillé par Clara Mary (D2A Formation initiale 2017-2018)

Passengers est un documentaire iranien réalisé par Mahmoud Rahmani. Le principe est le suivant : le réalisateur conduit lui-même un taxi dans la ville d’Ahwaz en Iran. La caméra, située sur le devant de la voiture, cadre les passagers du taxi qui se succèdent. Rien n’a été décidé en avance. Ce film est le fruit des rencontres hasardeuses entre ce « faux taxi » et les passagers qui en ont besoin. Au fur et à mesure des rencontres, le réalisateur va dresser un portrait de la société iranienne et de ses paradoxes. Mahmoud Rahmani filme à travers chaque personne une facette de l’Iran. Il conduit le taxi mais également les personnages vers une vérité sur eux-mêmes. On traverse avec eux la ville et leurs histoires.

Ce film a une vraie force et peut avoir un impact sur le public. La plupart des films iraniens distribués en France fonctionnent bien. On pense notamment aux films d’Asghar Farhadi qui dépassent à chaque fois les 250 000 entrées. Environ 1 millions entrés pour Une séparation ou encore pour le film de Marjane Satrapi Persepolis. On peut citer également les le film Les Chats persans (2009) qui a fait 231 000 entrées.

Pour que le public puisse l’identifier, on peut considérer qu’il s’inscrit dans un genre : celui du film de taxi iranien. Ce type de film s’est imposé au fil des années comme un genre à part entière. On peut citer, Abbas Kiarostami (Ten), Jafar Panahi (Taxi Téhéran), Negar Azarbayjani (une femme iranienne) tous ces réalisateurs ont utilisé l’espace du taxi comme une fenêtre ouverte sur l’Iran. Le taxi devient un espace protégé du monde extérieur. Les personnes en confiance se livrent plus facilement, ce qui permet un partage d’idées politiques et sociales. Passengers s’inscrit dans la lignée des films de taxi iranien. Chaque témoignage nous touche dans leur singularité et leur sincérité. Ce que l’on veut montrer au public c’est cette possibilité d’accéder à l’intime grâce à ce dispositif minimaliste.

Pour créer des temps forts de projection il serait intéressant de faire des soirées où l’on propose au public de voir les deux films : Taxi Téhéran et Passengers afin de créer un débat autour des résonnances et des différences poétiques et politiques entre les deux films.

Ce film a sa place au sein des cinémas indépendants, voir même des circuits MK2 qui avaient collaboré avec le distributeur indépendant Jour2fête sur le film No land’s song en le maintenant plusieurs semaines à l’affiche.

On notera que le film a été sélectionné au festival international du film documentaire de Bruxelles et au festival international du documentaire de Munich. C’est un premier long-métrage. Mahmoud Rahmani a réalisé de nombreux court-métrages primés dans de nombreux festivals. Distribuer ce documentaire en France serait également l’occasion de promouvoir un jeune réalisateur iranien en devenir.

Pour visionner le trailer du film : cliquez ici