LES MATINALES AVEC OSKAR GUILBERT

CEO Dontnod Entertainmentoskar-guilbert

28 septembre 2016, 10h
Lieu : EMNS - 20, rue Berbier du Mets 75013 Paris

Mercredi 28 septembre, les étudiants de l'EMNS ont eu le plaisir d’accueillir, lors d’un petit-déjeuner, M.Oskar GUILBERT, PDG de Dontnod Entertainment.

Cet ancien élève, et professeur en informatique à l’université de Strasbourg, s’est détourné de l’enseignement pour se spécialiser dans la production de jeux-vidéo. Il travaille au sein de grands groupes, comme Ubisoft, où il rencontre ses futurs associés avec lesquels il fonde en 2008 son propre studio, Dontnod Entertainment. Cette entreprise de cinq membres fondateurs compte aujourd’hui une centaine de collaborateurs.

Après un parcours chaotique, le studio sort son premier jeu en 2013, Remember Me. Malgré une levée de fonds et des subventions importantes, l’éditeur d’origine Sony, abandonne le projet au bout de deux ans. Capcom reprend alors le projet mais le jeu profite de peu de visibilité à sa sortie, dû à un faible accompagnement marketing et de communication, déclenchant peu de vente.

S’en suit une période compliquée sur le plan financier, car Dontnod souffre d’un redressement judiciaire en 2014. L’équipe du studio, ayant appris de ses erreurs, diversifie ses partenariats et change de stratégie pour son prochain jeu : elle veut faire un produit plus court, moins cher, axé sur un gameplay innovant et un scénario riche.
Soutenue par ses investisseurs, l’entreprise travaille sur un jeu d’aventure narrative épisodique : Life is Strange, qui séduit l’éditeur Square Enix. A sa sortie en 2015, le jeu connaît un succès extraordinaire et est récompensé de nombreux prix prestigieux.
Oskar GUILBERT reconnaît après coup l’importance de la création d’une communauté pour garantir ce succès. La sortie en cinq épisodes (un chapitre tous les deux mois) a amplifié la formation de cette communauté autour du jeu, entretenue par la forte présence du studio et de l’éditeur sur les réseaux sociaux et les forums.

Avec Life is Strange, Dontnod signe ainsi sa marque de fabrique où les choix du joueur déterminent l’issue du jeu, créant une expérience unique pour chaque individu. Mais aussi où les thèmes abordés sont peu communs dans les jeux vidéo (le suicide chez les adolescents, le handicap, le harcèlement sur internet…). Le studio réussit ainsi à gagner un public très large (de 15 à 35 ans ou plus), principalement aux Etats-Unis et en Europe, et un large public féminin, ce qui sort de l’ordinaire. 30% de femmes suivent DONTNOD sur ses réseaux sociaux.
Par ailleurs, le jeu a connu un tel succès que les droits d’exploitations ont été vendus à Legendary (producteurs de The Hunger Games) pour réaliser une série.

Actuellement Dontnod travaille sur son troisième jeu : Vampyr dont la sortie est prévue pour 2017. Sa politique à long-terme consiste à s’émanciper des éditeurs et s’autoproduire.
Pour cela le studio veut continuer à créer des jeux accessibles (c’est-à-dire pas seulement axés sur la dextérité) et à la narration forte, sortant des sentiers battus.

Suite à cette entrevue, nous avons une meilleure connaissance du secteur des jeux vidéo. Nous remercions de ce fait M. GUILBERT qui nous a dévoilé les réalités et difficultés de la production d’œuvres vidéos ludiques.

 Crédits photo : http://dont-nod.com