VISITE : LE CENTRE NATIONAL DE LA DANSE

25 novembre 2016, 17hCND-emns
Lieu : Centre National de la Danse - Pantin

Vendredi 25 Novembre, les élèves du master ECN se sont rendus au Centre National de la Danse (CND) afin de rencontrer différentes personnes y travaillant et d'assister à un spectacle de danse baroque. Nous avons été accueillis par Ludovic, chargé des relations avec le public au CND. Après nous avoir expliqué l’histoire du lieu depuis sa construction, il nous a présenté les trois missions majeures du CND. C'est d'abord un centre de ressources, notamment pour les professionnels de la danse. Ce centre est doté d'un pôle administratif et juridique, ainsi que d'une sorte de "pôle emploi" lié à la culture.

C'est ensuite un lieu de création et de soutien à la création contemporaine. Des artistes viennent ici en résidence pendant deux à trois mois, d'autres seulement pour quelques heures dans le cadre de la mise à disposition de studios gratuitement pour les compagnies (accueil de 450 compagnies par an environ). Dans le même temps, c'est un lieu de diffusion de spectacle, avec un rythme un peu particulier. La programmation tourne autour de temps forts, l'Automne, le Printemps et l'Été. L'Hiver est une période plus latente, consacrée à l'exposition et à la répétition. Quelques soirées sont organisées tout au long de l'année (20 par an environ). Une sorte de mélange entre la danse et la fête, à l'image du weekend de danses partagées. La période d'été, "Camping", est en construction. Enfin, c'est un lieu de patrimoine avec une mission de conservation mais aussi de transmission. On y trouve une médiathèque, une cinémathèque...

Le CND est le plus grand fond d’archives de danse d'Europe, le deuxième au monde après celui de New York. Actuellement, une exposition sur Lucinda Childs est proposée, construite à partir des archives cédées par la célèbre chorégraphe au CND. Les expositions sont un moyen de partager des archives de grandes valeurs conservées par le CND. Une centaine de personnes travaillent ici. Le budget vient à 91% du ministère de la culture, et le reste des ressources propres, notamment de la location d'espaces. A titre anecdotique, c'est ici qu'ont été tournées certaines scènes de 99F !

Puis, nous visitons deux belles salles, l'une de répétition, l'autre de répétition mais aussi de spectacle. Enfin, nous montons sur le toit, également lieu de création et de représentation, d'où nous pouvons profiter d'une magnifique vue sur Pantin. Nous avons ensuite rencontré Aymar Crosnier, directeur général adjoint et directeur de la programmation du CND. À son arrivée en 2014, il s'inscrit dans un mouvement de réinvention de la danse et de sa présentation, en collaboration avec Mathilde Monnier, chorégraphe et directrice du lieu. Il souligne, "le CND n'est pas un théâtre", ni une galerie ou un musée. Il s'agit plus d'un endroit de recherche, de création. C'est Aymar qui impulse la création de la carte d'adhésion en remplacement de l’abonnement. Cette simplification et baisse des prix répond à une demande d'un public varié, qui se rajeunit et de dynamise. C'est aussi Aymar qui a amené l'idée d'une programmation tournant autour des 3 temps, l'Automne, le Printemps et l'Été. Cela permet une programmation plus tardive et donc plus spontanée. La programmation automnale 2016 du CND se construit autour de reworks, à savoir un travail autour de projets des années 1960/1970. En ce moment, ce travail tourne autour de chorégraphes femmes afin de mettre leur héritage en avant. Aussi, pour contraster, la programmation du printemps 2017 sera plus autour de créations, de pièces plus politiques. Le printemps se construit toujours en écho à l'automne. Enfin, tout au long de l'année, le dispositif "Répertoire" permet aux jeunes créateurs de présenter leurs oeuvres, à raison de 7 à 9 chorégraphies chacun. Un projet original est actuellement en création : il s'agit de "Caravane". Une partie de l'équipe du CND va se déplacer au Mexique pour une série de workshops. Il s'agit de rencontrer des chorégraphes et danseurs mexicains, de leur fournir des informations sur le fonctionnement de la danse en France et sur l'apport du CND, mais aussi de découvrir leur travail.

Enfin, Léa Barbieri qui s'occupe du site web du CND, est venue nous parler de ses missions, de la création du site à la mise en ligne de contenus, ainsi que des partenariats et de l'échange de visibilité. Arrivée à ce poste en 2015, elle a mené à bien la création du nouveau site du CND. Elle nous explique les défis que cela représente, le tout dans l'objectif de rendre l'interface plus fluide et d'attirer de nouveaux publics. Nous remercions tous les intervenants pour leur accueil chaleureux et très instructif, ainsi que pour le beau spectacle auquel nous avons eu la chance d'assister ensuite.

Crédits photo : Patrick Hertzog / AFP