by EMNS
Les étudiants du master ECN remercient l’équipe de la Philharmonie de Paris pour leur accueil et le temps consacré à cette rencontre. (Crédit photo : Lucie Ouaknine)

La Cité de la musique – Philharmonie de Paris est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) qui vise à démocratiser l’accès à la culture musicale aux moyens de diverses manifestations : concerts, expositions, formations… Tout cela est rendu possible au sein d’un complexe architectural impressionnant construit dans le parc de la Villette.

Notre matinée à la Philharmonie a démarré dans la médiathèque, en présence de Christiane Louis. En tant que responsable ressources métiers, elle nous a présenté le pôle formation de la Philharmonie, qui s’adresse à la fois aux jeunes sur les questions d’orientation, mais aussi aux professionnels en proposant des offres de formation continue. Il organise aussi de nombreux colloques et conférences, qui sont ouverts à tous et souvent un lieu privilégié de rencontres professionnelles.

Christiane Louis a poursuivi en nous introduisant la question du mécénat, et sa place dans l’économie de la culture et des arts en France. C’est en effet un domaine où le mécénat est très présent, et même un enjeu majeur. La réduction fiscale n’est pas le moteur premier des mécènes, ils agissent souvent dans une démarche de visibilité et d’adhésion à certaines valeurs. Les questions de l’évaluation et de l’impact des projets sont donc aujourd’hui centrales pour inciter au don.

Nous avons ensuite été rejoints par Zoé Macêdo-Roussier, responsable du mécénat individuel. Elle nous a présenté la structuration interne de la Philharmonie pour le mécénat et son fonctionnement. S’y distinguent trois principaux pôles, chapotés par la direction du mécénat et du développement : le service offre aux entreprises (qui concerne l’événementiel), le pôle mécénat d’entreprises et le pôle donateurs individuels. Par ailleurs, un service annexe s’occupe des relations internationales.

Zoé Macêdo-Roussier nous a décrit le caractère essentiel du mécénat pour une institution culturelle comme la Philharmonie, dans un contexte où les aides d’État diminuent. Dans le cadre du mécénat d’entreprises, c’est un domaine qui demande beaucoup de veille, mais aussi d’analyse des projets et de leurs budgets afin de cibler les entreprises et de leur formuler une demande. Au-delà de la déduction fiscale, les mécènes peuvent bénéficier de contreparties, qui participent à l’attractivité vis- à-vis des entreprises, mais qui restent des pratiques peu encadrées. D’autre part, les donateurs individuels ont des motivations plus personnelles, les leviers d’incitation sont différents. Il est nécessaire de cultiver une relation avec eux, de les aider à se sentir impliqués, dans le but de les fidéliser. Cette forme de mécénat peut passer par le financement participatif, comme dans le cadre du projet Démos, qui accompagne des enfants dans leur découverte de la musique en les formant en orchestres et en leur confiant des instruments.

Pour conclure cette matinée axée autour du sujet du mécénat, nous avons visité le bâtiment de la Philharmonie. Accompagnés par Geneviève Nancy, nous avons découvert de l’intérieur l’œuvre de Jean Nouvel, et notamment la Grande Salle Pierre Boulez ainsi que le Studio, frappants d’ingéniosité architecturale et de capacité d’adaptation à différentes configurations.

Lucie Ouaknine